Livraison gratuite en France métropolitaine

Land of horsemen

  • 0,00 

L'oeuvre

Photographie numérique
20/03/2021 Kazybek, Naryn oblast, Kyrgyzstan Le Bouzkachi est l’un des jeux les plus célèbres d’Asie centrale. Au Kirghizstan, il est appelé « kok boru », une variante qui diffère légèrement du jeu initial et dans laquelle deux équipes de cavaliers s’affrontent. L’objectif ? Marquer le plus de points possible en faisant tomber une carcasse de mouton ou de chèvre dans le « tai kazan » (but) de l’adversaire situé à chaque extrémité du terrain, sachant que la carcasse de l’animal, décapité avant le début de la partie, peut peser jusqu’à 35 kilos. D’après les Kirghizes, leur version est de loin la plus violente, cavaliers et chevaux n’hésitant pas à se jeter à pleine vitesse sur le but, un monticule d’un mètre de haut recouvert de pneus en caoutchouc, provoquant de temps à autre la mort de joueurs. Pour autant, le Kok Boru est pratiqué avec fierté à travers tout le pays, que ce soit lors de compétitions officielles dans des stades ou entre amis sur des terrains improvisés.

L'artiste

Après plusieurs expériences dans des rédactions, chez Vanity Fair, Arte ou au Figaro Magazine, Maïlys Derville se met à son compte en 2018 en tant que journaliste freelance. C’est également cette année-là qu’elle croise la route de Corinne Vachon, une photographe française qui documente la vie de peuples nomades et semi-nomades depuis plus de dix ans. Ensemble, elles partent au Kenya, en Afghanistan, en Roumanie et au Kirghizistan, à chaque fois dans le but de mettre en perspective l’histoire d’hommes et de femmes vivant encore pour la plupart dans la tradition. Mais si certains s’évertuent à la perpétuer, d’autres s’ouvrent peu à peu au reste du monde et à l’évolution… La photographie apparaît alors comme l’un des meilleurs moyens d’en témoigner et laisser une trace. Lors de ces immersions, Maïlys développe ainsi un véritable amour pour l’image, au côté de son mentor, Corinne. À la croisée entre l’artistique et le documentaire, son travail photographique n’a qu’une seule ambition : parvenir à capter l’émotion d’une scène et l’essence de ses sujets.

Notre savoir-faire

Notre savoir-faire

preloader